Cahier des charges : prendre ses responsabilités.

On parle depuis mercredi des cahiers des charges qu’on a pour nos proches. On a essayé de les faire changer (les gens, pas les spécifications…), sans succès. Du coup, on a commencé à prendre conscience des attentes qu’on a pour chacune des personnes qui ont de l’importance dans nos vies et surtout des pensées et des émotions que l’on y rattache. On sait aussi faire la différence entre les attentes « saines » et « malsaines ».

Je vous ai d’ailleurs laissé.e.s hier sur un cliffhanger : on fait quoi quand nos attentes sont légitimes et qu’on y met pas des sentiments inadéquats ? Et bien, on prend ses responsabilités. Comme l’adulte qu’on est. Si mon frère ne prend pas la peine de me passer un coup de fil, plutôt que lui en vouloir (ce qui ne mène pas à grand-chose), je peux :

  • lui expliquer que ça me ferait plaisir qu’il prenne des nouvelles de temps en temps
  • l’appeler moi-même quand j’ai envie de faire vivre cette relation qui me tient à coeur
  • décider que cette relation ne va nulle part et la laisser mourir

Il n’y a pas de « bonne » réponse. Par contre, il y en a une qui est meilleure pour moi aujourd’hui. J’ai décidé que, quelque soit l’importance que mon frère accorde à notre relation, elle est précieuse à mes yeux. Et donc je prends la responsabilité de l’entretenir. Je maintiens le fil qui nous lie. Et peut-être qu’un jour, il se passera plus de choses à l’autre bout. Mais je ne le fais pas pour ça. Je le fais pour moi, pour nous deux.

Je vous retrouve demain dans le podcast qui clôturera cette semaine.

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. NOUVEAU : le podcast est maintenant disponible également sur la chaîne Youtube.
Portez-vous bien,

Laisser un commentaire