Être seul.e.s… ensemble

On a déjà parlé de la nécessité pour les enfants d’être « seul.e.s », mais en même temps en sécurité sous la surveillance d’un adulte. Ça peut paraître un peu la quadrature du cercle, mais, en fait, ça se fait très facilement dans la pratique. Il suffit que l’adulte soit lui-même engagé dans une activité calme (silencieuse de préférence) pour inciter l’enfant à faire de même de son côté.

L’enfant va probablement réclamer très vite votre attention, surtout s’il n’est pas habitué à ce calme. Avec douceur, on peut alors l’encourager à s’occuper seul.e. Il va certainement aussi s’assurer régulièrement que vous êtes toujours là. Selon l’âge, il faudra qu’il puisse vous voir ou vous entendre. Mais il va probablement finir par jouer à un objet improbable et s’inventer des histoires. À haute-voix sans aucun doute. Et vous pourrez vous attendrir sur son charmant babillage…

Il est possible de faire la même chose avec des adultes ou des enfants plus grands. Être dans la même pièce et partager de la chaleur humaine tout en étant engagé chacun dans une activité calme (sans stimulation extérieure, genre écran, c’est encore mieux…).

Ce billet est le dernier sur l’éloge de la solitude. Rendez-vous demain pour le podcast qui viendra clôturer le thème.

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. NOUVEAU : le podcast est maintenant disponible également sur la chaîne Youtube.
Portez-vous bien,

Laisser un commentaire