Faire moins : plus de sens et de conscience

Une nouvelle semaine démarre sur le blog, avec un nouveau thème : faire moins. Je l’écris au moins autant pour moi que pour vous (ça m’arrive souvent), parce ce que c’est un combat de chaque instant pour moi. On a commencé par parler de la tentation d’être occupé.e pour se sentir important.e et on a pris conscience de ce qui nous occupe vraiment. On a utilisé ces infos pour se concentrer sur ce qui compte vraiment et on a fait un petit aparté sur les distractions. Hier, on a revisité toutes ces tâches qui nous paraissent impératives. Aujourd’hui, on termine en apportant du sens et de la conscience dans tout ce qu’on fait.

Une fois qu’on s’est débarrassé de toutes les tâches qui n’ont pas/plus d’utilité ou de raison d’être, on n’a pas seulement dégagé notre emploi du temps. On a aussi libéré notre esprit et notre attention pour tout ce qu’on a vraiment choisi de faire.

Je vous propose d’inviter activement votre conscience dans chaque tâche, dans chaque action. Le besoin de distraction se fait moins fort quand ce qu’on fait a du sens. Finalement, on a plus besoin de se distraire de soi-même, de sa propre vie. Je parle en connaissance de cause. Je réalise maintenant que j’ai longtemps fui mon quotidien et mes pensées dans des distractions incessantes (jeu vidéo, séries, lecture…).

Aujourd’hui, même si je prends encore du plaisir dans chacune de ces activités, elles ne tiennent plus la même place qu’à cette époque. Ni dans le temps que je leur consacre (sauf pour la lecture, lectrice un jour…), ni dans l’espace que ça prend dans ma petite tête.

On finit ici pour cette semaine et pour ce thème sur le blog. Vous pourrez quand même retrouver la discussion sur le podcast de demain.

 

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. NOUVEAU : le podcast est maintenant disponible également sur la chaîne Youtube.
Portez-vous bien,

Laisser un commentaire