Gérer les gens « difficiles » : apprendre à poser des limites

On continue sur le thème qu’on vient de découvrir : comment on peut gérer les gens « difficiles ». On a déjà vu que, malheureusement, on a souvent à faire avec des gens dont on se passerait facilement et qu’on a pas de prise sur la façon dont ils se comportent. On a commencé à voir comment ne pas se laisser démolir et comment éviter de se laisser déborder par ses émotions. Aujourd’hui, on se concentre sur les limites qu’on peut (et qu’on doit) poser avec les gens « difficiles ».

Note : Je parle ici de comportements inadaptés. Mais pas de faits qui sont punis par la loi. Si vous êtes victime de violence ou de harcèlement, quelque en soit la nature, les pistes dont on va parler ne suffisent pas, loin de là. Il est alors indispensable de vous mettre en sécurité et de signaler les faits.

Si vous êtes comme moi, vous avez tendance à fuir le conflit. Effectivement il peut être assez salutaire d’éviter, autant que faire se peut les contacts avec la personne incriminée, pour vous protéger. Et, confronté.e à des personnalités toxiques, vous êtes tenté.e d’agir en fonction de leurs exigences et de leurs susceptibilités particulières, quelles soient justifiées ou non. Tout ça pour ne pas provoquer des éclats dommageables à votre tranquillité.

Pourtant, ma propre expérience me dit que ce genre de personnes cherchent la confrontation et va donc pousser les provocations jusqu’à obtenir une réaction de vous, si elle vous a choisi comme cible.

Dans ce contexte, poser des limites peut vous permettre de reprendre la main dans cette relation toxique. Un simple « Je ne te répondrai pas si tu t’adresses à moi sur ce ton » énoncé calmement peut avoir un effet beaucoup plus fort qu’une réaction émotionnelle. En fait, cette personne (comme un enfant…) cherche parfois des limites, vos limites. Autant les placer là où elles sont confortables, plutôt que d’attendre d’être poussé.e à bout.

Une dernière remarque, vous n’êtes pas forcément seul.e face à cette situation. En adoptant une attitude commune avec d’autres personnes gênées par votre antagoniste, vous pouvez agir d’autant plus efficace sur son comportement. Vous pouvez aussi vous adresser à quelqu’un qui a de l’influence sur lui.elle pour faire bouger les choses.

On boucle demain cette conversation sur le blog et vendredi sur le podcast.

 

Si cet article vous a plu, merci de le partager ! Vous pouvez nous suivre sur Facebook ou sur Twitter. Pour être averti(e) de la mise en ligne de nouveaux articles et podcasts, inscrivez-vous à la newsletter. NOUVEAU : le podcast est maintenant disponible également sur la chaîne Youtube.
Portez-vous bien,

Laisser un commentaire